Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 19:45

img-135632ttrse[1]




LE MYSTERE DE LA ROSE

(Pour le défi d'Arlette Philbois)

- "les fleurs" - 

 

 

Vous supplantez toutes les fleurs,

Mais alors pourquoi votre nom,

N'évoque- t'il qu'une couleur ?

A cela aucune raison.

 

N'occultons pas toutes les teintes,

Dont se revêtent vos pétales,

Du rouge à l'orange ils éclatent,

Le blanc ou le jaune ils empruntent.

 

De cette façon sibylline,

Vous avez  signification,

Nulle couleur n'est anodine,

Résolvons donc cette question.

 

Lorsqu'on vous offre il faut veiller,

A ne commettre aucune erreur,

Mais songeant à votre beauté,

On en oublie la vraie valeur.

 

Seriez-vous donc si compliquée,

Pour  vous jouer  de ceux qui veulent,

Offrir de très jolis bouquets,

En les induisant en erreur ?

 

Rouge, passion, beauté, courage,

Sans en oublier le respect,

Mais que de sens et l'on enrage,

En tentant le bon de trouver !

 

Jaune vous êtes joie, gaieté,

Il serait trop beau toutefois,

Qu'à cela vous vous limitiez,

Liberté, amitié font loi.

 

Enthousiasme et fascination,

Quand de l'orange on vous revêt,

Tellement rare l'occasion,

De vous voir ainsi colorée.

 

Rose, reconnaissance et grâce,

Gentillesse et appréciation,

Ne croyez-vous que l'on se lasse,

De nous poser tant de questions ?

 

Blanche, vous êtes difficile,

Et mes rimes vous compliquez,

Malgré ce côté puéril,

Six sens encore j'ai comptés. 

  

Virginité et innocence,

Raffinement et pureté,

S'ajoutent au mystère au silence,

Tout cela fait votre secret.

 

Compliquée vous êtes la rose,

Quand de ces pétales vêtue,

Vous refusez qu'en vous se pose,

Un parfum, petite  ingénue.

 

Mais lorsqu'enfin vous acceptez,

De vous parer d'une senteur,

Elle ajoute à votre beauté,

Et à vos multiples couleurs.

 

-&-&-&-

 

                                  Cathy. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 23:19

amour0193[1]



L'INSPIRATION

 

Elle peut fuir, comme elle vient,

D'elle on ne fait ce que l'on veut,

Sans elle c'est, du tout ou rien,

Mais que vous dire, une capricieuse ?

 

Tous ceux qui sont à sa merci,

Quand elle part, vont là l'attendre,

Ils resteront des heures ainsi,

A se plonger dans leur ennui.

 

Près d'elle on est bien peu de chose,

On est esclave, et elle en joue,

De tous nos mots, de notre prose,

Elle se moque, on devient fou.

 

Inspiration, œil du poète,

Quand tu ne veux aller vers lui,

Tu le rends triste et bien en peine,

Il ne peut rien sans ton appui.

 

Du féminin tu as le genre,

Cela n'est pas dû au hasard,

La femme sait se faire attendre,

Et quand elle vient, elle repart.

 

Je suis aussi, de toi victime,

Mais j'ai écrit ces quelques mots,

Car même si tu es partie,

Je veux garder mon à propos.

-:-:-:-:-:-:-

Repost 0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 21:39

5x3foee[1]



HOMMAGE

 

Pas un seul jour, pas un instant,

 Passe sans que pour toi Maman,

Mon esprit se laisse emballer,

Pour près de moi t'imaginer,

Ô, toi que je n'ai pas connue,

Trop jeune tu as disparu.

 

La vie est vraiment trop cruelle,

Elle m'a un peu brisé les ailes,

Car nous aurions pris grand plaisir,

Toi et moi à nous découvrir,

  Même à travers l'éducation,

Disciplines et punitions.
 

Auprès de toi j'aurais grandi,

Tu m'aurais bien appris la vie,

C'eût été le plus beau cadeau,

Sans toi c'en devient un fardeau,

  Ce passé est lourd à porter,

Tu m'as trop vite abandonnée.


Mais je ne t'en veux pas Maman,

Tu as souffert assurément,
Ta fin de vie fut douloureuse,

Tes années furent peu nombreuses,
Personne ne m'en a parlé,

Sans doute pour me protéger ...


Si je ne t'ai pas vue vieillir,

Je garde quelques souvenirs,

Tu n'as pas connu mes enfants,

Pourtant je leur parle souvent,

De leur Mamy qu'ils aimeraient,

Tout comme elle devait m'aimer.

 

Chère Maman, si tu savais, 

Combien de fois j'ai embrassé,

Ta photo, ce beau médaillon,
Posée au mur de la maison,
Au point qu'elle en est a
bîmée,
Tant mes lèvres ont pu la toucher.
 

Je parle à cette céramique,
Des instants furtifs et magiques,
Je n'ai pas honte d'avouer,
Quarante six ans de baisers,

Si je manquais de te le dire,

Alors ce serait te mentir.


Grâce à toi quand même je sais,
Après tant de longues années,
Que si l'on peut aimer quelqu'un,
Trop vite parti un matin,
Sans qu'on le connaisse vraiment,

C'est assurément sa Maman.

-§-§-§-§-§- 

 

Repost 0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 20:25

 

amour0184[1]




LA SAINT-VALENTIN

 

On en a tant parlé, et la voilà passée,

Sa page cette année, est maintenant tournée.

Mais tous les amoureux qui l'ont fêtée hier,

En ont un souvenir, bien digne je l'espère,

Des sentiments qu'ils portent à celle et à celui,

Présents dans leur esprit, malgré tout aujourd'hui.

 

Car il ne suffit pas d'exprimer ce jour là,

Tout ce que l'on éprouve, et notre amour se doit,

D'être là chaque instant, manifesté à l'autre,

Et cela bien souvent tient à très peu de choses,

Un cadeau n'est de loin, pas toujours nécessaire,

Pour prouver que l'on tient à notre partenaire.

 

Mais la Saint-Valentin est bien sûr l'occasion,

De cadeaux et voyages, douces invitations,

Sources de fins plaisirs à partager ensemble,

C'est à cela aussi que notre amour ressemble,
Sans que les sentiments à cela se limitent,
Et qu'ils n'attendent pas qu'une fête s'invite.
 

 

Puissiez-vous de ce jour avoir bien profité,

Et sentir votre cœur vraiment rasséréné,

En gardant à l'esprit un bien beau souvenir,

De ces intenses heures, occasion de vous dire,

Que d'autres les suivront, sans que Saint-Valentin,

L'occasion en suscite et vous tende la main.

 

-§-§-§-§-§-§-

Repost 0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 18:42



fond6petit




L'ENIGME DU JOUR

 

Hier, Saint-Valentin, et aujourd'hui Saint-Claude,

Les fêtes l'on retient, mais pas toujours dans l'ordre,

Parfois on les mélange, ou bien on ne sait plus,

Pour éviter cela, il y a une astuce.

 

Elle s'avère pratique tout en étant petite,

Riche d'informations, chaque matin elle dit,

Le jour, le mois, le saint, pour mieux nous situer,

Sur toutes les pages de nos calendriers.

 

Elle réussit même à parler de la lune,

Elle sait également son cycle et le situe,

Les vacances elle cite et puis les jours fériés,

Mais qui donc peut ainsi tout cela rassembler ?

 

Elle est sur nos bureaux cette chose qui sait,

Mais pour qu'elle le dise il ne faut oublier,

D'accomplir un seul geste qui ainsi permettra,

A chacun de savoir ce que d'elle il voudra.

 

Si vous l'utilisez, vous avez l'habitude,

Et savez qu'il ne faut même pas une minute,

Pour obtenir d'elle toutes informations,

Même celles que vous ajoutez à foison.

 

Car vous pouvez aussi noter vos rendez-vous,

"Mais c'est un agenda, bien sûr !" me direz-vous…

Non ce n'est pas cela, celle dont je vous parle,

Reste là face à vous, garde la même place.

 

Pourquoi donc parler d'elle dans cette poésie, 

Faire d'elle en ces lignes une si longue énigme ?

J'aime vraiment son nom qu'on cite rarement,

Dans le vocabulaire c'est l'éternelle absente.

 

Alors, pour qu'elle soit toujours dans les esprits,

Je lui ai consacré ces phrases et cet écrit,

Elle rend des services elle a bien le mérite,

Qu'ici nous l'évoquions, la douce éphéméride.

 

-:-:-:-:-:-:-:-

Repost 0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 20:08


angecoeur



MA TANTE

 

Année soixante quatre, un jour du mois d'Avril,

Alors que le printemps, sa porte allait ouvrir,

Mon père en vit soudain une autre se fermer,

Quand il devint, trop tôt, jeune veuf éploré,

Bien difficile épreuve, cruelle déchirure,

En un jour il perdit femme et progéniture !

 

Est-ce donc le destin, paradoxalement,

Qui lui ôta sa femme lors d'un accouchement ?

A un second enfant elle allait donner vie,

Un bébé qui n'a pas poussé son premier cri,

Tous deux s'en sont allés rejoindre un autre monde,

Cette réalité est vraiment trop immonde.

 

Elle s'appelait Solange, avait trente trois ans,

J'en avais quatre à peine, elle était ma Maman,

Pourquoi nous l'avoir prise ? Triste réalité,

Mon père, trente quatre ans, s'est ainsi retrouvé,

Seul avec moi, enfant, et j'avais bien besoin,

D'écoute, d'attention, d'un minimum de soins.

 

Elle m'a accueillie pour m'aider à grandir,

Habitant à côté de notre domicile,

Demi-sœur de mon père, elle était donc ma tante,

Chez elle j'ai grandi et, ce, jusqu'à cinq ans,

Malgré les circonstances, un très bon souvenir,

Je garde d'une année qui reste très précise.

 

Ses trois filles et son père habitaient avec elle,

S'ils n'ont pas pu combler cette perte cruelle,

Ils ont su m'apporter la chaleur d'un foyer,

L'amour et l'affection, tant j'ai été choyée,

J'étais fragilisée et avais peur du noir,

Elle avait instauré un rituel du soir.

 

De cette voix si douce, ma tante m'apaisait,

Je dormais dans sa chambre, avec moi elle restait,

Toujours d'humeur égale, gentille et très patiente,

Je n'oublierai jamais cette femme si aimante,

Mais l'histoire se répète, et un beau jour d'Avril,

Car il se remariait, mon père m'a reprise.

 

Les raisons permettant de dire qu'avec ma tante,

J'ai vécu dans l'enfance de prodigieux instants,

Seraient trop compliquées à exposer ici,

Les années qui suivirent furent vraiment pénibles !

Mais durant tout ce temps, elle m'est restée fidèle,
Et c'est avec son père qu'elle essuyait mes peines.


Je rends dans ce poème, un hommage appuyé,

A ma tante qui a toujours su m'écouter,
Souvent j'allais la voir, cela faisait sa joie,
Elle a vu mes enfants grandir auprès de moi,
Récemment disparue, je pense à elle souvent,

Et cet écrit en est une preuve évidente.

 

 

-§-§-§-§-§-§-


Repost 0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 21:16

 

IMGP5703



LES CHATEAUX

 

 

Lorsqu'ils sont érigés sur de hautes collines,

Ils marquent une forte mégalomanie,

J'en voudrais pour exemple, ceux de la Bavière,

Louis II fut un roi, grand bâtisseur naguère,

Il n'a pas mesuré, de la tâche l'ampleur,

D'un château qui n'a pu, connaître la splendeur,

L'une de nos merveilles, voilà qu'il a copiée,

Notre si beau "Versailles", par beaucoup convoité.

 

Ces édifices sont, parfois dissimulés,

En forêt, en campagne, on les a abrités,

Je les préfère là, lorsqu'on les cache bien,

Ils peuvent nous surprendre, alors on y revient,

Ces châteaux ont une âme, une histoire, un vécu, 

Et plusieurs occupants, souvent ils ont connus,

J'aime les visiter, m'intéresse à l'histoire,

Qu'en parcourant ces lieux, nous pouvons percevoir.

 

Décors, architecture et mobilier bien sûr,

Je pose mon regard, aussi sur les peintures,

Des portraits de famille, ou des illustrations,

Des tableaux commandés, en maintes occasions,

Les parcs ou les jardins, resplendissent aussi,

De décors mirifiques, espaces non bâtis,
D'éminents jardiniers, véritables artistes, 
Ont prouvé leur talent, de grands paysagistes.
 

 

Jusqu'à présent j'ai pu en explorer beaucoup,

Mais "Chantilly" n'a pas, ce n'est là que mon goût,

Très grande renommée, ou celle qu'il mérite,

Un musée du cheval, bien connu il abrite,

Celui que Louis II de Bourbon a créé,

Lorsque dans ce château, refuge il a trouvé,
Ces morceaux de l'histoire, sont très peu évoqués,

Dans les livres d'école, que l'on a feuilletés.

 

-&-&-&-

 

Repost 0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 19:32



IMGP4600




LA FRANCE

 

J'habite la Belgique, un choix délibéré,

J'ai cependant pris soin de ne pas m'éloigner,

 De mon pays natal, j'ai le coeur qui balance,

Entre ces deux pays et je préfère la France,

 Quatre points cardinaux sans qu'aucun soit pareil,

Vous trouverez en France de multiples merveilles.

 

Le Nord je connais bien car j'y ai habité,

Les gens sont chaleureux, d'aucuns l'ont même chanté,

La Picardie regorge d'endroits magnifiques,

Il suffit de "fouiller" ses sites mirifiques,
Ils éclatent aux yeux, on ne s'y attend pas,

Le Nord-Pas-de-Calais n'est pas ce que l'on croit.


 
L'Ouest et sa Bretagne j'en ai ici parlé,

L'ambiance de ses ports j'ai beaucoup apprécié,

L'océan, d'un beau bleu, fascine quand il se jette,

Sur les côtes et pointes, ce spectacle l'on guette,

Sans parler du folklore, musiques et costumes,

Là-bas tout a un sens, regorge de coutumes.

 

L'Est est chargé d'histoire, bien touché par la guerre,

L'Alsace et la Lorraine en souffrirent naguère,

C'est toute une industrie qui fit ses paysages,

Mais beaucoup de ses villes offrent de belles images,

Metz et Nancy aussi, je m'y suis arrêtée,

Cette région mérite d'être mieux visitée.

 

Le Centre de la France, le Cher et le Berry,

Sont de belles campagnes, pas très loin de Paris,

C'est là que ce pays est très paradoxal,

Car la ruralité jouxte sa capitale,

Allier, centres thermaux, valent aussi détour,

La région de l'Auvergne est pleine de ressources.

 

Le Sud, quant à lui, est fier de son soleil,

Et pour nous éblouir il n'a pas son pareil,

Son accent est chantant, ses couleurs sont intenses,

De lui s'approche aussi le fleuve le plus grand,

Le Rhône a traversé beaucoup de paysages,

Avant même de voir la Camargue sauvage.

 

Oui, mais, me direz-vous, où est dans tout cela,

Notre Côte d'Azur qui, tant de monde voit ?

Je ne puis terminer sans bien sûr l'évoquer,

Oui, mais j'ai attendu quarante-neuf années,

Avant d'en explorer une infime partie,
Je ne vais pas vous dire qu'elle n'est pas jolie.
 

Elle a beaucoup de charme et sa mer est divine,

Mais bordée de ses plages, trop de gens s'agglutinent,

J'aime trop la campagne,  je préfère le calme,

Ce n'est pas pour autant que non point je l'acclame,

Elle manque à ma culture, je l'approfondirai,
Certains endroits j'ai dû seulement survoler.

 
Mais je dois découvrir certaines îles encore,

La Corse et l'Outre Mer manquent à mon "décor",

Le charme de la France c'est qu'il y a toujours,
Tant de choses à voir, il faut beaucoup de jours,
Trouver le temps qu'il faut si on veut l'explorer,

La France ne sera pas demain oubliée.

 

-§-§-§-§-§-§-

 

Repost 0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 15:32



8q1dc996[1]


DIX-HUIT ANS

 

Lorsque l'on atteint dix-huit ans,

Devant soi, tout un avenir,

Va se tracer au fil du temps,

Projets qui sont à définir,

Ou précédemment ébauchés.

 

La maturité fait son oeuvre,
Majorité arrive aussi,
Parfois difficiles manoeuvres,
 
Car tout n'est pas toujours permis,

Des portes sont encore fermées.

 

Dix-huit ans, avec eux la jeunesse,

Il faut tenter d'en profiter,
Mais sans sombrer dans la paresse,
Bien trop grande facilité,
L'esprit doit rester clairvoyant.

Toi qui as aujourd'hui cet âge,

Puisse ton chemin te conduire,

Vers un avenir le plus sage,
De l'expérience tu vas t'enduire,

Toute la vie est face à toi.

 

-:-:-:-:-:-:-

 

 

Repost 0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 19:54




DSC00187


LA BAVIERE

Riche de ton histoire,
Victime du passé,
Tu as connu la gloire,
Mais beaucoup t'ont blessée.

Belle région d'Allemagne,

Tu abrites Munich,

Et de belles campagnes,

Aux sites magnifiques !

 

La Forêt Noire est dense,
Ses sapins merveilleux,
Et ton Lac de Constance,
Nous en met plein les yeux.

Mais tu gardes en mémoire,
Les désastres du temps,
Toi, si paradoxale,
Au passé, au présent.

Quelqu'un a fait de toi,
La région des châteaux,
Un très illustre roi,
Signifia son ego.

Au point qu'on l'appela,
"Louis II, bâtisseur",
Il ne mesura pas,
De la tâche l'ampleur !

J'ai pu te visiter,
Et garder en mémoire,
Depuis quelques années,
Tes charmes, ton histoire.

Belle Bavière, merci,
D'être là, d'être toi,
Tu es illustre aussi,
Et me mets en émoi.

-§-§-§-§-§-

 

Repost 0

Présentation

  • : Balade en vers… Voici l’endroit
  • Balade en vers… Voici l’endroit
  • : Journal intime, où je dépose mes joies comme mes peines. La vie ne m'a pas épargnée, mais ne m'ôte pas pour autant la curiosité qui guide mes écrits. Sont ici présentes, des pages d'histoire, de légendes, de voyages, Des poèmes sur la nature, et tant d'autres issus de mon inspiration journalière... Un endroit sans tabou, mais où se maintiennent le respect et la modération. Bonne lecture à toutes et à tous. Cathy.
  • Contact

Profil

  • Cathy
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. 
Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.

Mon second recueil

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

Naissance de mon second recueil  

Pour vous procurer mon second recueil (120 pages - illustré - 13 euros),

sorti le 27 Mars 2013 et préfacé par Larbi BENNACER ("Eachman")

rendez-vous sur mon formulaire de contact (haut de la colonne de droite de mon blog).

 

 

 

 

 

 

Bienvenue ici !

6he07ra[1]

   Découvrez ici mon univers, teinté de rimes et de vers...

 

N'hésitez pas à me laisser un message, une trace de votre passage m'est si agréable !

 

 

MES RECUEILS PARUS 

  "Le tourbillon des heures" - 27 Mars 2013  

                                                      BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON                       

 

 

   "Dédale de mes pensées" - Mars 2011  
Couverture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Visitez mon île...

 

ATT000379

 

 

Une île désertée,

N'offre pas de plaisir,

Venez la visiter,

Venez la découvrir...

 sans-titre 

Plaisir partagé

 

BALADE EN VERS... VOICI L'ENDROIT

 

1zfsihg[1]


"Je me cache derrière mes maux,
Mais certains d'entre-eux me dévoilent,
Sur mes plaisirs je lève un voile,
Pour cela rien de mieux que les mots..."

Cathy.

 


-§-§-§-

DANS CE BLOG, UNIQUEMENT MES ECRITS PERSONNELS, TENTES EN RIMES ET EN VERS...


J'Y PRENDS PLAISIR CHAQUE JOUR ET LE PARTAGE AVEC VOUS.
"PARTAGE DU PLAISIR L'INTENSIFIE ENCORE"


CATHY

Coule le temps...

 

 

arshnrim[1]

 

Coule le temps,

Passent les peines,

Source j'entends,

Elle ne freine,

Rien de mes mots,

Ni de mes vers,

Rimes à flots,

Ici je verse.

 

Cathy.

Respect du droit d'auteur

 

lily small


Copyright (c)
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation, impression ou reproduction partielle ou intégrale des textes et commentaires sans accord de l'auteur sont interdits.

 

Les illustrations proviennent de sites d'images gratuites ou me sont offertes. Je remercie ici tous les créateurs grâce auxquels ce blog peut être illustré (remerciements que je dépose d'ailleurs sur leur site). Certaines parmi les plus récentes proviennent des créations de "Claudine" (Easy4blog) ou de mes lectrices.

 

Si une image venait à appartenir à quelqu'un souhaitant que "la source" figure sur mon blog, je le remercie de me le faire savoir en me citant l'illustration concernée.

 

Bien à vous.

Cathy.

jeuxplus<a href="http://www.je

jeux