Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 09:00

Ile fleurs 

 

VERS A SOI

 (défi de "Abeilles50" - "Homographes et homophones")

 

Entendez-vous la douce voix,

Qui vous mènera vers la voie,

De ces vers, cette poésie,

Tout comme vers à l'infini,

Tissent la soie de ce voile,

Ce foulard à soi qu'on ne voile,

Je le voudrais étincelant,

Et pour cela vœux formulant,

Qu’un regard se pose sur lui,

Sans qu'il cause et ne cause ennui,

Faisant de moi, la femme en nage,

Qui jusqu’à la rive nage,

En écumant l'eau de ses vers,

Espérant rejoindre la terre,

Et que se taise son esprit,

Clôturant thèse de l'ennui.



-§-§-§-§-

                                                     Cathy, le 29 Juillet 2010

 

  

 

 

 

 

 

Repost 0
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 09:00

Femme pensive 

  

DOUX  PETALES

(défi n° 12 d'Arlette Philbois)

L'amour sans le "m" 

 

Des pétales de roses, dans un bain tu versas,

J’étais un peu  fébrile alors tu essayas,

D’offrir ce que ton cœur, ressentit à l’instant,

Doux nectar de ces roses, du jardin provenant.

 

Quel plaisir de glisser, ce corps qui s’abandonne,

Dans la grande baignoire, où pétales s’adonnent,

A couvrir cette peau, libérée des secrets,

Que tu cernes si bien, lorsqu’elle est dénudée.

 

La lueur de tes yeux, est à n’en point douter,

Espoir que nos deux corps, en sensualité,

Se rejoignent dans l’eau, féériques instants,

Tous les deux enlacés, sans se soucier du temps.

 

Pas besoin de paroles, chaque geste suffit,

Par cœur l’on se connaît, ces instants sont exquis, 

Féérie d’un baiser, langoureux sensuel,

 Dans d’odorants pétales, aux saveurs éternelles ! 

 

-§-§-§-§-

                                                                           Cathy, le 28 Juillet 2010

 

 

 

 

Repost 0
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 09:00

 

 

 

IMGP4709

 

  

 

SIGNES DU TEMPS

 

Un arbre face à moi, marque et signe le temps,

Là, devant  mon bureau,  il m’indique le vent,

Bien calme il y a peu, le voilà qui s’agite,

Prédire météo,  je n’ai point de mérite.

 

La pluie s’invite alors, en de soudaines trombes,

Nous sommes loin encore,  d’une grande hécatombe,

Mais l’orage sévit, j’entends ses grondements,

Arbre au feuillage dense, se trompe rarement.

 

Les passants dans la rue, courent pour s’abriter,

S’ils avaient comme moi, ce bel arbre admiré,

Ils auraient tout compris, de son noble langage,

Mais ils n’y ont pas vu, son sublime message.

 

Le voilà qui se calme, soudain  la  pluie s’arrête,

Cet arbre est fabuleux et je ne suis pas prête

A poser mon regard ailleurs qu’à son endroit,

Car je sais qu’il me parle et j’écoute sa voix.

 

Aujourd'hui grâce à lui, ces vers ont pris naissance,

Je connais de cet arbre, sa couleur son essence,

A l’écoute du temps, il est très audacieux,

Il remplit mon feuillet, de son air malicieux.

 

-&-&-&-

 

                                                      Cathy, le 27 Juillet 2010

 

Repost 0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 09:00

Fenêtre papillon

 

POESIE ET PLAISIR

 

Si l'on te prend au mot, en suivant bien tes règles,

Tu sembles difficile et l'on te sent espiègle,

Je ne te conçois pas, comme un rude devoir,

Avec mon cœur j'écris, mais n'ai pas le savoir,

D'un poète accompli, qui manie tous les mots,

Ou bien des grands puristes, écrivant comme il faut.

 

Notre langue Française je n'écorcherai pas,

Je la respecte trop pour en arriver là,

Aux césures je veille, à mes rimes aussi,

Je compte bien les pieds, pour que ma poésie,

Résonne dans l'oreille, au rythme de mes vers,

Mais je fais des erreurs, et j'ai de gros travers.

 

Bien sûr tu prends du temps, on imagine mal,

Les heures que pour toi, et ce n'est pas banal,

Je passe sur ma feuille, à chercher le bon mot,

Permettant de rimer, aussi bien qu'il le faut,

Alors excuse-moi, si je t'ai offensée,

A toi j'offre mon cœur, et toutes mes pensées.

 

 

-&-&-&-

 

                                                                             

 

 

Repost 0
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 17:33

 

152541451602.jpg

 

 

LE MOULIN DE SOETE (*)

 

Dressé sur une butte,

Tu as bien fière allure,

On ne connaît ta lutte,

Et ta longue aventure,

Qu’en explorant l’histoire,

En t’approchant vraiment,

Mais comment peut-on croire,

Et comprendre aisément,

Que farine provient,

De ce travail ardent,

D’un meunier là présent,

D’un moulin si puissant,

Après tant de tumultes,

Et après tant d’années,

Te voilà qui résulte,

D’un « combat » acharné.

 

Si je te vois toujours,

Bien près de ma maison,

Si je mange toujours,

Le fruit de la moisson,

Cette belle  farine,

Dont notre boulanger,

Fait pain qui me fascine,

Connaissant le meunier,

Un meunier qui t’honore,

Toi, beau moulin à vent,

Et je l’entends encore,

Décrire mouvements,

Que j’ai pu voir hier,

Visitant l’intérieur,

Ta technique d’hier,

Astucieux ingénieur,

 

Architecte excellent,

Qui d’une main de maître,

La vie te redonnant,

N’ont rien fait disparaître,

Des mouvements d’antan,

Alors qu’un incendie,

Volontaire et troublant,

Voulut fin de ta vie,

Mais c’était sans compter,

Sur volonté immense,

Des traditions garder,

D’honorer ta puissance,

Tes ailes font partie,

De l'environnement,

Et nous tenons à toi,

Tu es ravissement.

 

-&-&-&-

 

(*) Le moulin de SOETE (prononcer « soute ») est situé à COMINES Ten Brielen.

Il fournit encore aujourd’hui, la farine à notre boulanger.

Nous l’avons fait découvrir, hier, à des amis en visitant ses trois étages, et avons eu la chance que ce soit le meunier lui-même qui nous explique et nous en montre le mécanisme…

Si vous voulez en savoir davantage sur l’histoire de ce moulin et découvrir cette commune riche d'histoire et de festivités, rendez-vous sur ce site très intéressant :

http://www.moulin-soete.be

Bonne lecture ! Et à vos commentaires...

 

 

                                                                        Cathy, le 26 Juillet 2010

 

 

 

 

 

Repost 0
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 02:38

Regard papillon 

 

 

LUTTE INFERNALE

 

J’explore le tableau,

D’une grande revanche,

Bien présomptueux mot,

Mais ce fut avalanche,

De toutes prédictions,

Main mise sur ma vie,

Comme malédiction,

Posée sur mon esprit.

 

En tentant de prouver,

Parfois, à bout de forces,

Toutes capacités,

Volonté se renforce,

Ce fut rude défi,

Des années de combat,

Préférant le déni,

« Adversaire » tomba.

 

J’ai lutté bien longtemps,

Mais qu’avais-je à prouver ?

J’ai perdu bien du temps,

En gardant volonté,

Tout cela pour la femme,

Décidant de ma vie,

Décrivant comme drame,

Les années à venir.

 

Décédée maintenant,

Disparue de ma vue,

Je suis évidemment,

Contraire d’ingénue,

Elle a eu tort, je sais,

Qu'étais-je donc pour elle ?,

Son empreinte est restée,

Puisque je parle d'elle.

 

Mais si lutte infernale,

J'ai menée toute seule,

En ces rimes finales,

Je me montre peu veule,

J'exprime seulement,

Barrières surmontées,

Car tous mes mouvements,

Elle voulut bloquer.

 

 -§-§-§-

                                             Cathy, le 24 Juillet 2010

 

 

 

 

 

 

Repost 0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 00:43

 

 

 

  violon

 

  

 

MUSIQUE ET VIOLONCELLE

 

Je n'ignore pas l'art, de la belle musique,

Et je prends grand plaisir, à me rendre aux concerts,

Œuvres plutôt modernes, ou répertoire classique,

Aux styles éclectiques, je suis assez ouverte.

 

Orchestres symphoniques, théâtre et opérettes,

Avec admiration, à tout cela je goûte,

Pianos, violons, guitares et trompettes,

Mon émotion suscitent, lorsque je les écoute.

 

Mais je connaissais peu, celui qui fut jadis,

Précurseur redouté, des musiciens d'antan,

Car fin de la viole, annonça les prémisses,

Et débats passionnés, sans plaire pour autant.

 

Imposant et puissant, instrument prestigieux,

Il créa deux écoles, par sa sonorité,

Cet instrument à cordes, sut faire des envieux,

Le violoncelle a, la viole supplanté.

 

Mais il était voué, à ne pas jouer seul,

Bach a su l'imposer, au sein de son pays,

Il conquit Vivaldi, qui comprit cet écueil,

Et écrivit pour lui, ces si beaux concerti.

 

Face à la scène un soir, devant deux concertistes,

J'eus le très grand plaisir, pour la seconde fois,

D'écouter la musique, vécue par ces artistes,

Visages expressifs, manifestant l'émoi.

 

Sur les cordes glissait, grâce à la main des maîtres,

Cet archet qui créait, sans nul autre pareil,

Des sons puissants ou doux, et cela sans orchestre,

Tu étais magistral, ô toi, violoncelle !

 

-&-&-&-

 

 

Cathy, le 23 Juillet 2010

(En "panne d'inspiration", je vous ai replacé un poème qui n'avait pas suscité l'intérêt lorsque j'ai ouvert ce blog en Janvier et cela éclairera un peu mes pages bien sombres). 

Repost 0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 02:58

lampion 

 

 


L'IMPARFAIT PRESENT

 

 

Si je devais ma vie, mettre entre parenthèses,

Je vous ferais alors, la parfaite antithèse,

De ce que j'ai connu, et en connais encore,

J'en dresserais ici, fausseté du décor.

 

J'aimerais vous décrire, un monde bien parfait,

Mais ce n'est pas ainsi, que l'on m'a programmée,

Prenant en pleine face, difficile naissance,

Essayant au hasard, toutes les renaissances.

 

Longues années de lutte, vous n'imaginez pas,

Essayant thérapies, surtout ne voulant pas,

De ces médicaments, de ces éléphants roses,

Permettant à l'esprit, de n'être plus morose.

 

Je suis comme je suis, m'étant construite seule,

Ayant auprès de moi, une femme bien veule,

J'écrivais en cachette, jusqu'à ce qu'elle voie,

Lignes sur un cahier, et que gifle m'envoie.

 

Traumatisme à jamais, pouvez-vous le comprendre,

Mon passé est ancré, je cherche à m'en défendre,

Lutte de chaque jour, que l'écrit mène aussi,

En me livrant ses rimes, et vers à l'infini.

 

Ainsi, ne m'en veuillez, si je ne suis pas gaie,

Le deuil plus de dix fois, en une seule année,

M'a frappée récemment, déroutant  mon esprit,

Créant vide total, mon plus grand ennemi.

 

Au plus l'on se sent seul(e), au plus chacun vous lâche,

Comme si l'on choisit, tristesse sans relâche,

J'aimerais pouvoir rire, voir du monde, m'amuser,

Je voudrais vous écrire, "oui, je suis entourée".

 

Mais seulement ces pages, m'extraient de mon silence,

Je vous relate ici, bien difficile ambiance,

Mais ne me forcez pas, à en faire antithèse,

Poésie-thérapie, ne doit être malaise.

  

 -&-&-&-&-



                                                             Cathy, le 22 Juillet 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 02:00

flou

 

 

REVERENCE EN SONNET

 

  Exutoire de l’âme, du passé ou présent,

Permettant d’exprimer, tout ce que tête enfouit,

En ne laissant pas place, à l’âme réjouie,

Dont parle le visage, quand l’esprit se détend,

 

Rayonnant de plaisir, lorsqu’aux joies il prétend,

S’abandonner alors, acceptant que l’ouïe,

A certaines paroles, bouche incite à dire « oui »,

Répondre mot magique, à celui qui l’attend.

 

Pour certains d’entre-nous, ce miracle s’opère,

Ma tête en ce moment, emploie de vilains vers,

Car il arrive aussi, que se bloque l'esprit,

  

Je joue de maladresse et deviens importune,

Résurgences maudites, ne laissent de répit,

Révérence je tire, en sonnet d'infortune.

 

-§-§-§-

                                                 Cathy le 21 Juillet 2010

 

 NB :  Je vous offre ce sonnet et pose ma plume, au risque de devenir "indisposante"...

Mes vers et mes mots sont aussi lourds que mon esprit. 

Amitiés à toutes et tous.

Cathy

 

Repost 0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 09:00

Envers 

 

 

RIMES FLOUES

 

J’ai la tête à l’envers,

Et sens dessus-dessous,

Où sont passés mes vers,

Je cherche dans le flou.

   

C'est comme la pénombre,

Je me perds dans le noir,

Rimes sont des décombres,

Les débris d'un miroir.

 

Ce miroir est sans tain,

Et je ne vois que vous,

Espérant au lointain,

Arriver jusqu'à vous.

 

Si chaleur est la cause,

De mes rimes taries,

Ma plume je ne pose,

Ma feuille je ne plie.

 

Pas un souffle de vent,

L’atmosphère extérieure,

Plus lourde qu’en dedans,

Me laisse à l’intérieur.

 

Mais poésie se veut,

Plus forte que le temps,

Je formule le voeu,

D'avoir toujours autant,

 

De volonté, de force,

Pour ici vous écrire,

L'amitié se renforce,

Et cela sans soupir.

 

Si mièvres sont mes vers,

Que vous lirez demain,

Je ferme les paupières,

Jusqu'à demain matin.

 

L'inspiration perdue,

Reviendra tout à l'heure,

Courte déconvenue,

En ce jour de chaleur.

 

-&-&-&-

 

                                                                           Cathy, le 20 Juillet 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Balade en vers… Voici l’endroit
  • Balade en vers… Voici l’endroit
  • : Journal intime, où je dépose mes joies comme mes peines. La vie ne m'a pas épargnée, mais ne m'ôte pas pour autant la curiosité qui guide mes écrits. Sont ici présentes, des pages d'histoire, de légendes, de voyages, Des poèmes sur la nature, et tant d'autres issus de mon inspiration journalière... Un endroit sans tabou, mais où se maintiennent le respect et la modération. Bonne lecture à toutes et à tous. Cathy.
  • Contact

Profil

  • Cathy
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. 
Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.

Mon second recueil

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

Naissance de mon second recueil  

Pour vous procurer mon second recueil (120 pages - illustré - 13 euros),

sorti le 27 Mars 2013 et préfacé par Larbi BENNACER ("Eachman")

rendez-vous sur mon formulaire de contact (haut de la colonne de droite de mon blog).

 

 

 

 

 

 

Bienvenue ici !

6he07ra[1]

   Découvrez ici mon univers, teinté de rimes et de vers...

 

N'hésitez pas à me laisser un message, une trace de votre passage m'est si agréable !

 

 

MES RECUEILS PARUS 

  "Le tourbillon des heures" - 27 Mars 2013  

                                                      BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON                       

 

 

   "Dédale de mes pensées" - Mars 2011  
Couverture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Visitez mon île...

 

ATT000379

 

 

Une île désertée,

N'offre pas de plaisir,

Venez la visiter,

Venez la découvrir...

 sans-titre 

Plaisir partagé

 

BALADE EN VERS... VOICI L'ENDROIT

 

1zfsihg[1]


"Je me cache derrière mes maux,
Mais certains d'entre-eux me dévoilent,
Sur mes plaisirs je lève un voile,
Pour cela rien de mieux que les mots..."

Cathy.

 


-§-§-§-

DANS CE BLOG, UNIQUEMENT MES ECRITS PERSONNELS, TENTES EN RIMES ET EN VERS...


J'Y PRENDS PLAISIR CHAQUE JOUR ET LE PARTAGE AVEC VOUS.
"PARTAGE DU PLAISIR L'INTENSIFIE ENCORE"


CATHY

Coule le temps...

 

 

arshnrim[1]

 

Coule le temps,

Passent les peines,

Source j'entends,

Elle ne freine,

Rien de mes mots,

Ni de mes vers,

Rimes à flots,

Ici je verse.

 

Cathy.

Respect du droit d'auteur

 

lily small


Copyright (c)
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation, impression ou reproduction partielle ou intégrale des textes et commentaires sans accord de l'auteur sont interdits.

 

Les illustrations proviennent de sites d'images gratuites ou me sont offertes. Je remercie ici tous les créateurs grâce auxquels ce blog peut être illustré (remerciements que je dépose d'ailleurs sur leur site). Certaines parmi les plus récentes proviennent des créations de "Claudine" (Easy4blog) ou de mes lectrices.

 

Si une image venait à appartenir à quelqu'un souhaitant que "la source" figure sur mon blog, je le remercie de me le faire savoir en me citant l'illustration concernée.

 

Bien à vous.

Cathy.

jeuxplus<a href="http://www.je

jeux