Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 07:00

ravineasy4    

 

 

 

L’AMBIVALENCE DU POETE

 

    Ecartelée sans cesse, entre deux sentiments,

Etranges et sournois, assez ambivalents,

Besoin d’indépendance, d’un peu de solitude,

Et envie de partage, sous d’autres latitudes.

 

J’aurais pu m’enfoncer, dans ce vaste ravin,

Mais l’écrit m’a permis, d'accepter ce dessein,

    Mon conflit permanent, sa lourdeur a rangée,

    Grâce à mon exutoire, dans mes tiroirs secrets.

 

Quand ma plume s'engage, sur feuilles protectrices,

Sur lesquelles je pose, mes rimes bienfaitrices,

Mon coeur alors se pare, du plus beau des habits,

L'étincelle d'amour, éclairant mon esprit. 

 

     

-&-&-&-

 

                                                         Cathy, le 14 Décembre 2011 ©

Repost 0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 15:43

livrecenterblog    

 

 DICTEE COMME AUTREFOIS

 

Prenant chacun nos plumes,  partant pour l’aventure,

Assis à notre place, comme quand à l’école,

Nous brûlions de peur, d’être face à des « colles »,

Ecoutant la dictée, testant notre culture.

 

Au pertinent défi, beaucoup ont répondu,

Il fut assez plaisant, d’oser et se soumettre,

Adultes devenus, à l’écoute du « maître »,

D’écrire la dictée, et ces phrases ardues.

 

En sortant de la classe, chacun interrogea,

Son voisin, sa voisine, « comment l’as-tu écrit ? »,

Il faut un « l » ou deux, questions à l’infini,

Et dans l’adolescence, ceci me replongea.

 

Si la moyenne d’âge, oscilla ce jour-là,

Entre la quarantaine, jusqu’à la soixantaine,

L’ambiance fut bonne, elles semblaient lointaines,

Les heures d’examens, où gorge se noua.

 

-&-&-&-

 

                                                         Cathy, le 10 Décembre 2011 ©

Pour celles et ceux que cela intéresserait, voici le texte de cette dictée.

Il s'agissait d'une initiative émanant du bibliothécaire d'une petite commune du Hainaut. J'ai participé à ce "concours", organisé le samedi 10 décembre, et contre toute attente il y eut une quarantaine de candidats.

L'objectif  était de redonner sa place à l'orthographe.

 

VOYAGE SILENCIEUX A TRAVERS NOUS

 

Jaime repassa les radiographies que lui avait léguées son ami Miguel, ces mêmes radiographies que le docteur avait négligées comme si, en toute hypothèse, elles appartenaient à une époque révolue…

Il fallait apprendre à lire ce collage intradermique, comme on interroge son destin dans le marc de café.

Afin de mieux déchiffrer les rébus qu’elles proposaient, il les appliqua contre le carreau : ainsi la lumière éclairait les blancs et durcissait les ombres de cette géographie nocturne qu’aucun astre, mort ou éclipsé, n’irradiait plus. Il ne savait comment s’aventurer entre les deltas et les archipels d’une planète qu’un cataclysme occulte semblait avoir martyrisée.

Nagasaki intime, mi-ossuaire, mi-charnier. Sombre vallée où étincelaient des braises noires, des cristaux de chair, des fougères vitrifiées. Dans cette jungle de muqueuses arborescentes s’était livrée une bataille sans merci. Convulsions pétrifiées, sourde apocalypse…

Toujours selon de nouvelles clés, d’autres points de référence, Jaime s’acharnait à décrypter comme des tableaux mi-abstraits, mi-figuratifs, dans cette nuit du corps traversée d’éclairs éblouissants. Théâtre d’ombres encageant un bestiaire antédiluvien. Abîme où planaient des sauriens ailés, des papillons laineux. Serre d’orchidées carnivores. Pipeline aux tubulures piquetées de rouille. Aberrante pièce montée. Bric-à-brac de chambres à air déchiquetées… Il reconstitua pièce par pièce le clavier des côtes, les dentelles du pancréas, les reins en forme de courges. Mais il se fourvoyait… Il fallait de nouveau envisager d’autres lectures de ces hiéroglyphes. La radiographie n’était que le daguerréotype d’un minuscule et immense travail de mort…

Jaime se dit que dans ces images, ce qui frappait le plus, c’était leur silence. 

- :- :-

 

J’ai fait 5 fautes dans ce texte :

-         Hiéroglyphes (faute impardonnable, j’ai inversé le « i » et le « y » !)

 -         Bric-à-brac (je n’ai pas placé les tirets)

 

-  Daguerréotype (je n'ai mis qu'un seul "r")

 

- Une faute d’accord que tout le monde a faite et contestée : dernière phrase du 3ème paragraphe. « Il ne savait comment…. martyrisée » (La longueur de cette phrase en a amené beaucoup à mettre un « s » au verbe « martyriser »)

-         Pipeline (mot Anglais qui n’avait pas sa place ici selon l'avis des candidats),

En conclusion, ce fut une bonne expérience et l’occasion pour chacun de se remettre en question. L'on constate, en effet, que se replacer en position d'examen, accentue l'hésitation et fausse le raisonnement ! 

A vos plumes pour tenter l'expérience, sans tricherie !

Je passerai très bientôt sur vos blogs et répondrai à tous vos commentaires. Je viendrai visiter - bien sûr - avec grand plaisir celles et ceux nouvellement arrivés ici. Je vous remercie tous très sincèrement, pour votre lecture et pour votre fidélité.

Amitiés,

Cathy.

Repost 0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 07:00

IMGP7126    

 

Je vous replace ici ce poème que j'avais publié en Novembre dernier, afin de vous permettre de l'écouter sur le blog de Sagine, intitulé "de mes yeux à vos oreilles"... Vous avez bien lu "écouter"...

Car Sagine lit les poèmes (ou nouvelles aussi) qu'elle "repère" sur certains blogs, afin de les proposer en enregistrement audio sur le sien.

Je ne vous cache pas l'émotion que j'ai ressentie en entendant mon poème lu par Sagine, sur son blog, d'autant qu'il est enregistré sur un léger fond musical de violoncelle.

Je vous invite donc, non seulement, à écouter sa voix, d'une incroyable douceur, mais à découvrir ce très beau site. link 

"Au son du violoncelle" s'y trouve à la date du 9 Décembre.

Je serai absente ce week-end et je garde mon petit-fils Noah lundi. 

A bientôt et amitiés à toutes et tous.    

 

AU SON DU VIOLONCELLE

  

Avec infiniment, de doigté, de tendresse,

Il frôle de l’archet, ce beau violoncelle,

Une histoire d’amour, si intense, si belle,

Paupières fermées, l’instrument il caresse,

 

Si son souffle parfois, trahit ses sentiments,

Tant son cœur bat pour elle, sa divine musique,

Le spectacle est alors, assurément magique,

Attentive, j'observe, chacun des mouvements.

 

Si les notes s’écoutent, elles se voient aussi,

C’est l’âme qui exprime, en cette résonance,

Toutes vibrations, douces ou en puissance,

L’artiste nous dévoile, son amour infini.

 

Pas besoin de paroles, pour l'orchestration,

Lorsqu'il donne le ton, lance première note,

De son regard complice, au "premier violon",

Un seul geste suffit, ils sont en union,

 

Totale fusion, prestigieux moments,

Envoûté par le charme, de ce grand virtuose,

Le public envahi, par cette symbiose,

Savoure sa musique, admire son talent.

 

-&-&-&-

                                                                   Cathy, le 20 Novembre 2011 © 

Repost 0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 09:00

GDF    

 

 

 

 

CHAPEAU CONTRE L'ECHARPE

 

Comme feu d’artifice,

Chaque année l’étincelle,

Pour les yeux d’une Miss,

Jaillit de l’escarcelle,

Des personnalités,

S’accaparant d’assaut,

La fatale beauté,

Se frappant dans le dos.

 

On matraque déjà,

Cette nouvelle élue,

Qu’est-ce-donc ce combat,

Chaque fois saugrenu,

La lutte du pouvoir,

Partout décidément,

S’impose et vient asseoir,

Ses propos véhéments.

 

Puisse ce grand chapeau,

Aux tranchantes couleurs,

Cesser d’être marteau,

Contre écharpe à une heure,

Où un certain public,

Attend  la vision,

D’images sympathiques,

Cherchant distraction.

 

Je n’ai pas d’attirance,

Pour cette émission,

Mais cette véhémence,

Crée l'indignation,

Cessez donc ces querelles,

Toujours aussi stériles,

Et ces sempiternelles,

Luttes trop infantiles.

  

-&-&-&-

 

                                                                     Cathy, le 8 Décembre 2011 ©

                                                                     (Photo extraite de Wikipédia)

 

Repost 0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 09:00

IMGP5915 

 

 

LES SECRETS DU VENT

 

Tu agites la mer, 

Déchaînes l'océan,

Exprimant ta colère,

Par de forts mouvements,

  Tu peux sur ton passage,

Détruire les forêts,

Provoquer des ravages,

Faisant branches céder. 

 

Surtout quand avec toi,

Sévissent les orages,

C'est alors sur les toits,

Que tu exprimes rage,

  Les maisons s'interrogent, 

Pourquoi es-tu violent ?

A rien tu ne déroges, 

Tu blesses tant de gens.

  

Les maisons, tu les as,

 Quelquefois démolies,

Et tous ces paysages,

Entièrement détruits,

Les hommes tu intrigues,

Tu es si compliqué,

Combien de scientifiques,

 Voudraient mieux te cerner.

 

Ce n'est pourtant pas faute,

De t'avoir étudié,

Tous les noms que tu portes, 

En ont bien témoigné,

"Dépressions, ouragans",

"Cyclones et tempêtes",

Eole, Dieu des vents,

Etrange casse-tête.

 

Une liste exhaustive,

 Ne peut être dressée,

Malice indicative,

D'un Eole obstiné,

  Aux marins tu fais peur, 

Pourtant Beaufort a su,

L'échelle des valeurs,

Créer à ton insu.

 

Tu es capricieux,

Tu secoues les bateaux,

Tu te joues de tous ceux,

Qui travaillent sur l'eau,

Que tu sois Sirocco,

 Vent de Bise ou Mistral,

Tu montres ton ego,

Ta force magistrale.

 

 

-§-§-§-

 

Je n'ai pas pu venir sur vos blogs mercredi, j'étais absente. Je vous visiterai donc aujourd'hui et répondrai à vos commentaires d'hier.

 

Ce poème est à l'image même de ce qu'a connu la Belgique mercredi... Tempête épouvantable...

 

Bonne journée à toutes et tous,

 

Amitiés,

Cathy.

 

 

Repost 0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 09:00

ice1    

 

 

 

 

LA CHALEUR D’UN REGARD

 

 

 

 

 

Si la vie l’a parée, d’un cœur empli d’espoir,

 

Elle passe parfois, dans ce trop long tunnel,

 

Où son âme chavire, et cette ritournelle,

 

En son esprit résonne, comment donc y surseoir ?

 

 

 

Ses amis l’ont laissée, aux instants les plus noirs,

 

Sachant la retrouver, s’ils avaient besoin d’elle,

 

Recouverte d’un châle, elle sait éternelle,

 

La laine qui réchauffe, mais elle voudrait voir,

 

 

 

Un signe dans le ciel, l’étoile scintillante,

 

Elle guette, fébrile, l’image bienveillante,

 

De son ange gardien, qui protège ses jours,

 

 

 

En ses yeux l’on devine, des pensées qui s’égarent,

 

Cherchant l’être sincère, l'espérance toujours,

 

L’avidité aussi, de croiser son regard.

 

 

-&-&-&-

 

                                                           Cathy, le 6 Décembre 2011 ©

 

L'image est une création de Sweet (*) et ce sonnet répond à son défi :

"Que regarde cette femme ?"

(*) Lien vers son blog link

 

Repost 0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 04:00

        belgie2

 

 

 

SILENCIEUSE BELGIQUE

 

Peut-on crier « victoire », ou jouer de prudence,

Au moment où l’Europe, en pleine décadence,

Voudrait l’euro sauver, un pays se réveille,

Doit-on voir en cela, la magie de Noël ?

 

Elle tenait debout, notre chère Belgique,

Sans un gouvernement, c’est plutôt atypique,

Nous assistions de loin, aux négociations,

Tout en frôlant de peu, une démission.

 

Mais ce premier ministre, que beaucoup espéraient,

A pu trouver sa place, s'apprêtant à nommer,

Ceux qui vont travailler, pour ce petit pays,

Duquel, remarquez-le,  aucun bruit n’a jailli.

 

On critique souvent, certaines monarchies,

Mais voyez ce que donne, une démocratie,

Les grèves sont légion, la France se soulève,

Quel beau gouvernement, qui lui-même fait grève.

 

Certes, je suis Française, mais j’aime la Belgique,

Si restent à régler, problèmes linguistiques,

Ils sont peut-être moins, difficiles qu’en France,

Où les doubles langages, engendrent véhémence.

 

-&-&-&-

 

                                                           Cathy, le 5 Décembre 2011 ©



Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 09:00

femmepapilloneasy4    

 

 

L’ENCRE DE MES VEINES

 

Si je sens qu’en mes veines, coule plutôt de l’encre,

A la place du sang, comme un malentendu,

Erreur de la nature, peut-être même chancre,

Serais-je quelque part, une cause perdue ?

 

Cet imparfait liquide, aurait pu devenir,

Mon plus grand ennemi, comme mauvais dessein,

Un bateau en détresse, sans aucun avenir,

Plongeant dans les abysses, noyé dans un ravin.

 

Mais en utilisant, cette encre chaque jour,

Je constate combien, elle se régénère,

Mêmes propriétés,  que le sang  je savoure,

Grâce à elle je vis, ma plume la vénère.

 

Jamais je ne pourrai, assez remercier,

La nature qui m’a, constituée ainsi,

M’offrant là le plus beau, de tous les encriers,

Cette encre dans mes veines, calme tant mon esprit.

 

-&-&-&-

 

                                                Cathy, le 4 Décembre 2011 ©

Repost 0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 09:00

prépanoël    

 

 

LA PARADE DE NOEL

 

Choisissant pour compagne, la douce poésie,

J’échappe quelque peu, à cette frénésie,

Que l’approche des fêtes, en Décembre suscite,

A l’excitation, en tous lieux qui s’invite.

 

Les rues se sont parées, de leurs rouges tapis,

Et attirent ainsi, foule qui s’extasie,

Devant belles vitrines, de tous les magasins,

Aux tons si flamboyants, et pourtant assassins.

 

Fêtes de fin d’année, parade de Noël,

Dépenses frénétiques, et exponentielles,

La crise économique, oubliée tout à coup,

Anesthésie l’esprit, porte-monnaie secoue.

 

Jamais à tout cela, je ne m’habituerai,

Préférant grâce aux rimes, heures galvaniser,

Elles ne coûtent rien, ne bloquent pas l’amour,

Et reposent pourtant, sur tapis de velours.

 

Je fêterai Noël, mais en lui redonnant,

Vocation première, et ses couleurs d’antan.

 

-&-&-&-

 

                                                    Cathy, le 3 Décembre 2011 ©

Repost 0
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 09:00

th DSC 0302    

    (La photo est très floue, malheureusement. Mais je n'en ai pas d'autres dans l'immédiat)

 

 

TES PREMIERS PAS

 

En tenant chaque main, qui t’est familière,

Tu avançais d’un pas, selon ta manière,

Puis tu nous regardais, de ton air étonné,

En t’amusant  bien sûr, de tes nouveaux progrès.

 

Puis, un mois jour pour jour, après l’anniversaire,

Que nous avons fêté, en si douce atmosphère,

C’est le seize novembre, qu'alors tu te lanças,

Attendant pour cela, qu’arrive ton papa.

 

De retour du travail, il t’a vu marcher seul,

Tu lui as réservé, le plus beau des accueils,

Sentiment de fierté, l’a ainsi envahi,

Combien je le comprends, si vite tu grandis.

 

 

Je te verrai bientôt, profiterai de toi,

Toujours mon coeur palpite, dès lors que je te vois.

 

-&-&-&-

 

                                                             Cathy, le 2 Décembre 2011 ©

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Balade en vers… Voici l’endroit
  • Balade en vers… Voici l’endroit
  • : Journal intime, où je dépose mes joies comme mes peines. La vie ne m'a pas épargnée, mais ne m'ôte pas pour autant la curiosité qui guide mes écrits. Sont ici présentes, des pages d'histoire, de légendes, de voyages, Des poèmes sur la nature, et tant d'autres issus de mon inspiration journalière... Un endroit sans tabou, mais où se maintiennent le respect et la modération. Bonne lecture à toutes et à tous. Cathy.
  • Contact

Profil

  • Cathy
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. 
Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.

Mon second recueil

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

Naissance de mon second recueil  

Pour vous procurer mon second recueil (120 pages - illustré - 13 euros),

sorti le 27 Mars 2013 et préfacé par Larbi BENNACER ("Eachman")

rendez-vous sur mon formulaire de contact (haut de la colonne de droite de mon blog).

 

 

 

 

 

 

Bienvenue ici !

6he07ra[1]

   Découvrez ici mon univers, teinté de rimes et de vers...

 

N'hésitez pas à me laisser un message, une trace de votre passage m'est si agréable !

 

 

MES RECUEILS PARUS 

  "Le tourbillon des heures" - 27 Mars 2013  

                                                      BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON                       

 

 

   "Dédale de mes pensées" - Mars 2011  
Couverture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Visitez mon île...

 

ATT000379

 

 

Une île désertée,

N'offre pas de plaisir,

Venez la visiter,

Venez la découvrir...

 sans-titre 

Plaisir partagé

 

BALADE EN VERS... VOICI L'ENDROIT

 

1zfsihg[1]


"Je me cache derrière mes maux,
Mais certains d'entre-eux me dévoilent,
Sur mes plaisirs je lève un voile,
Pour cela rien de mieux que les mots..."

Cathy.

 


-§-§-§-

DANS CE BLOG, UNIQUEMENT MES ECRITS PERSONNELS, TENTES EN RIMES ET EN VERS...


J'Y PRENDS PLAISIR CHAQUE JOUR ET LE PARTAGE AVEC VOUS.
"PARTAGE DU PLAISIR L'INTENSIFIE ENCORE"


CATHY

Coule le temps...

 

 

arshnrim[1]

 

Coule le temps,

Passent les peines,

Source j'entends,

Elle ne freine,

Rien de mes mots,

Ni de mes vers,

Rimes à flots,

Ici je verse.

 

Cathy.

Respect du droit d'auteur

 

lily small


Copyright (c)
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation, impression ou reproduction partielle ou intégrale des textes et commentaires sans accord de l'auteur sont interdits.

 

Les illustrations proviennent de sites d'images gratuites ou me sont offertes. Je remercie ici tous les créateurs grâce auxquels ce blog peut être illustré (remerciements que je dépose d'ailleurs sur leur site). Certaines parmi les plus récentes proviennent des créations de "Claudine" (Easy4blog) ou de mes lectrices.

 

Si une image venait à appartenir à quelqu'un souhaitant que "la source" figure sur mon blog, je le remercie de me le faire savoir en me citant l'illustration concernée.

 

Bien à vous.

Cathy.

jeuxplus<a href="http://www.je

jeux