Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 18:56

 

par Cathy

violon grisé

 

 

 PARLEZ-MOI D'AMOUR...

 

Si j’étais un oiseau,  je m’envolerais loin,

Si j’étais chien ou chat, je voudrais des caresses,

Si j’étais hirondelle, printemps ne ferais point,

Oui, mais, je suis bien moi, évoquant ma tristesse,

 

Ce matin, tête lourde, résonnant de ces mots,

Qui sortirent des bouches, de ceux qui me sont chers,

Pressentiment j’avais, mais jamais de tels maux,

J’aurais imaginés, de la chair de ma chair.

 

Je leur ai tout donné ; ce que je n’ai pas eu,

Amour, écoute et aide, tolérance, indulgence,

Tout récemment encore, j’avais bien entendu,

Paroles prononcées, me confiant confidences.

 

Difficiles « aveux », venus d’un fils aîné,

Que j’ai, sans jugement, écoutés en silence,

De lui et de son frère, beaucoup j’ai accepté,

En certaines mesures, mais avec  tolérance.

 

L'un a connu l’émoi,  des amours contrariées,

Le plus jeune aujourd’hui, vit avec homme mûr,

Quinze années les séparent, ils s’aiment et je le sais,

Homosexuel  mais, je l’accepte, bien sûr.

 

Son frère sera papa, en Octobre prochain,

Et quelle joie pour moi, du moins, joie ce le fut,

Car de quoi seront faits, matins et lendemains,

Journées qui passeront, cela je ne sais plus.

 

Hier, je téléphone, voulant prendre nouvelles,

De cette fille qui, s'apprête à être mère,

J'espérais, oui c'est sûr, car j'étais sans nouvelles,

Que nous l'associions à la fête des mères.

 

Je crois devoir ici, c’est crucial et vital,

Sortir ces mots maudits, prononcés hier soir,

Si je n’attendais pas, qu’on mette un point final,

A ce terrible mois, j’avais encore espoir…

 

Espoir que mois de Mai, rapproche une famille,

Couples constitués, et naissance prochaine,

Le « fameux train d’un jour », n’était pas pécadille,

Je l’avais pressenti, mais le croyais rengaine…

 

Il a fallu cinq ans, pour paroles lâchées,

Après que j’aie tenté, un coup de téléphone,

C’est l’aîné le premier, plus violent que jamais,

Qui,  haine me cracha, et j’en devins aphone.

 

Son frère fit semblant, de n’avoir pas reçu,

D’appels provenant de sa « mère », le suis-je ?

Car de beaucoup de choses, je me suis aperçu,

Cela eut lieu, hier soir, et que penser depuis ?

 

Si l’aîné fut ignoble, prétendant qu’une date,

Il ne savait bloquer, surtout pas celle-la,

Mon Dieu ! Je peux le croire, car ces oublis ne datent,

Bien sûr,  pas d’aujourd’hui, lui qui sera Papa.

 

Oh ! J’ai tout entendu : « Mais je suis occupé !

Qu’est-ce-que tu m’ennuies, avec  fête des mères !

Et avec ma compagne, je dois m’organiser,

Elle n’est pas « famille », de toi on n’a que faire ! ».

 

Finalement je pris, décision de passer,

Tenter explication, me rendant chez son frère,

Rendez-vous je leur donne, afin de leur parler,

Croyant naïvement, que  haine allait se taire.

 

Je ne vis que son frère, le plus jeune des deux,

Qui vint dans ma voiture, comme si la morale,

Il ferait à sa mère, il parla pour eux deux :

Mais qu’ai-je donc pu faire pour que ce long oral,

 

Soit si cru, si cruel, de la part de mon fils,

Qui me dit tout de go : « Mais la fête des mères,

Pour moi n’a aucun sens, sur ce jour là je glisse,

Lui préférant Noël, ou les anniversaires ! »

 

« Qu’est-ce-que tu attends ? Que l’on passe des heures,

Avec toi ce jour là, et seras-tu contente ?

Si ce n’est que cela, qui peut faire ton bonheur,

Alors, je te le dis, à cela ne t'attend».

 

J’essayais vainement de lui dire tout l’amour,

Que moi je leur portais, ne les voyant jamais,

Redessinant aussi, leurs phrases et discours,

Moi qui croyais vraiment, que leur mère ils aimaient.

 

Jamais je ne dérange, leurs couples voyez-vous,

Et si je les appelle, c’est pour bien noble cause,

Quand ils en ont besoin, toujours je les écoute,

La femme que je suis, auprès d’eux ne s’impose.

 

Pleurant dans la voiture, plus rien ne comprenant,

Mon fils en ajouta : « Est-ce-que tu deviens folle ? »,

Devrais-je m’excuser, de l’aimer à présent ?

Oui, j’ai tout entendu, c’est bien ce qui m’affole.

 

Si cela fait cinq ans qu’il leur fallait sortir,

Cette « preuve d’amour », paroles enchantées,

Je vais, sur autre page, encore vous divertir,

Pour que vous compreniez, cette méchanceté.

 

Si j’étais un oiseau,

Je m’envolerais loin,

Si j’étais un mirage,

Ces vers ne seraient point,

Si j’étais un oiseau,

Je construirais mon nid,

Dans tout autre sillage,

Pour qu’on ne me voie point.

 

-§-§-§-§-§-

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marinette 22/05/2010 18:37



bonjour Cathy


je passe en vitesse  te rendre visite et je te vois bien triste . En refléchissant à tous les messages que j'ai déjà reçus de toi , je me souviens d' autres pénibles moments avec tes fils ,
l'un ou l'autre . Puis il y eu de multiples jours heureux . Vos relations sont souvent en "zigzac" . Dis- toi que c'est le moment triste mais qu'il y aura forcément encore de bons moments . Vous
vous aimez reéllement , mais ils ont du tempérament  et te parles parfois méchament! Laisse passer le temps sans trop te meurtir  et les bons moments reviendront . Ne fais pas
un trop grand deuil de cette fête des Méres . Ils ne veulent pas être auprés de toi , profites en pour passer de bons moments à faire une sortie , te changer les idées , sans t'occuper d'eux
.Quand vous sous retrouverez, ce sera un d'autant  bon jour . Ne te braques pas sur la "fête des méres " , dis toi que c'est un jour comme les autres dans le fond . La réelle Fête des mamans
est le jour des bonnes nouvelles et les joyeuses journées partagées avec ses enfants , quelles que soient ces journées sur un calendrier . En vivant ainsi , les sales moments seront
 moins douloureux .


Mais sois sure que je compatis et pense bien à toi


Bisous


 



Cathy 22/05/2010 19:02



Bonsoir Marinette,


Nous nous connaissons depuis suffisamment longtemps pour que tu comprennes bien cette situation.


Mes fils ont bien sûr deux caractères totalement différents, mais bien affirmés (je ne peux pas leur en vouloir, ils tiennent de moi).


Mais tout cela est arrivé tellement brutalement suite à un simple appel après plus d'un mois de silence.


Vianney me rejette totalement (comportement typique d'un fils homosexuel à partir d'un certain âge. Mais c'est violent). Et les deux frères étant très complices, ce comportement est généralement
copié par Fabrice.


Ce n'est pas tant l'image de la "fête des mères", c'est la violence des propos qui blesse. Surtout quand rien ne se justifie.


Je laisse passer le temps. J'attends les vacances avec impatience. Maximilien en a besoin aussi.


Merci pour ton soutien, Marinette. Ton message me fait chaud au coeur.


Prend soin de toi aussi.


Je t'embrasse,


Cathy.



écéa 20/05/2010 15:57



Bonjour Cathy, mon coeur et mes mains tremblent devant ces mots, je ressens chaque larmes versées, ces moments là sont trop cruels pour une maman, c'est insupportable et combien douloureux, je ne
te dirais pas laisse faire le temps car je ne te connais pas assez pour cela, mais saches que j'ai très mal pour toi...J'ai élevé mes deux enfants toute seule, on a vécu dans la crainte et la
misère mais on s'en est sorti, aujourd'hui ma fille est maman, mon fils est en couple et j'ai l'immense bonheur que l'on s'aime tous sans problème, nos épreuves nous ont fortifiées et notre amour
est indestructible, alors c'est pourquoi ton histoire me fait si mal...Mais je suis avec toi par les mots...écéa.



Cathy 20/05/2010 17:24



Bonjour Ecéa,


Tes enfants ont réussi à intégrer le sens des valeurs, et c'est d'une importance capitale pour votre foyer et ta famille.


J'ai inculqué cela aussi aux miens, même s'ils n'ont manqué de rien car je n'ai pas connu ce que tu as enduré. Mais quand leur père et moi nous sommes séparés, il a détruit en trois ans dans la
tête du plus jeune tout le travail que j'avais réalisé en 15 ans ! Ne sachant pas leur donner autre chose que du matériel, il n'a fourni que cela. A 18 ans, mon plus jeune fils nageait déjà dans
"le luxe"...


Comment lutter contre ça ? J'aurais pu le faire moi aussi. Mais ce n'est pas dans mon éthique.


J'ai trop appris le sens des valeurs pour agir ainsi avec mes enfants.


Le matériel tue l'amour... La preuve !


Je sais maintenant à quoi m'en tenir. Le discours a été clair. Je déplore cette attitude de mes fils, mais ils apprendront que la vie n'est pas faite que d'argent et de biens matériels.


Je leur souhaite tout le bonheur du monde... Mais nous sommes sur deux planètes opposées je crois.


Merci pour ton message, Ecéa.


Amitiés,


Cathy.



Guislaine 20/05/2010 14:02



Je sais combien ils peuvent être durs lorsqu'ils s'expriment maintenant... En fait, la nouvelle génération ne prend pas de gants pour dire les choses...


Tu sais, la question n'est pas que tu les envahies, mais qu'ils ont besoin de se prouver qu'ils peuvent y arriver sans toi justement... Plus encore Vianney ! Anthony aussi vient toujours se
confier à moi et me demander conseil... Et c'est justement ça qui pose problème ! Ils ont l'impression de ne rien savoir faire sans notre aide, qu'ils ne sauront jamais se débrouiller seuls !
C'est tellement facile quand on a Maman à proximité de faire appel à elle ! Et en plus, ils doivent dépendre tellement longtemps de nous à cause des études et des besoins financiers !


Je prends l'exemple d'Anthony pour t'expliquer qu'il est heureux d'être loin même si c'est dur, pour pouvoir se prouver qu'il y arrive sans moi et sans aide et devenir enfin adulte. Il en a
besoin pour évoluer dans sa vie d'adulte ! Et tes enfants, comme ils ne sont pas loin, n'ont pas ce prétexte pour agir... Ils sont obligés de t'affronter... Et tu sais comme moi, que ce n'est pas
facile d'affronter sa maman pour lui dire quelque chose qui va lui déplaire ou la rendre triste...


Et il y a d'autres choses qu'il faut absolument prendre en compte... C'est que nos enfants nous ont vu souffrir des obligations et des choses que l'on s'est imposées dans nos vies par le passé,
par respect pour les parents ou par politesse...  tout ce qu'on n'a pas osé dire ou faire au nom de ce foutu respect et qu'ils ne veulent en aucun cas, vivre la même chose que nous !


Ils disent crument ce qu'ils ont à dire et disent non quand ce n'est pas oui !


C'est très dur pour nous qui avons respecté nos parents et les traditions des fêtes et autre, mais il faut absolument s'adapter à leurs façons de voir les choses si l'on ne veut pas les perdre.


Je te dis tout ça Cathy, en espérant t'aider à t'apaiser... Pour toi, pour tes enfants et pour Maximilien aussi...


Gros gros bisous Cathy !



Cathy 20/05/2010 15:33



Tu fais là une bonne analyse de la situation, Guislaine. Et il est vrai, de surcroît, que nos enfants savent combien nous avons souffert de cette éducation rigoriste qui nous a été inculquée.


Mais Fabrice et Vianney n'ont pratiquement pas connu ma belle-mère puisqu'elle m'a rejetée lorsque j'étais enceinte de Vianney. Et je ne les ai jamais ennuyés avec ces histoires, tout comme je ne
les ai pas élevés à mon image.


J'ai seulement eu le tort de croire, bien naïvement, que cette naissance à venir était l'occasion de nous retrouver "en famille"...


Quid maintenant de "la famille" ?


Merci pour ce long message, Guislaine. Je sais combien Anthony te manque.


Bonne fin de journée.


Gros bisous,


Cathy.



Guislaine 20/05/2010 08:13



J'ai eu le même genre de "problème" il y a une quinzaine de jours...


Mais après mure réflexion, et même si ça n'est pas agréable,


j'ai compris qu'il avait raison...


Je n'entrerais pas dans le détail car c'est trop personnel mais je sais que pour moi maintenant être mère c'est : "Etre là quoi qu'il arrive pour lui venir en aide et m'effacer quand tout va
bien..." Et je sais que notre amour sera bien plus fort ainsi, et qu'il pourra se construire à son image et non à la mienne et selon mes désirs...


Courage Cathy ! Je sais combien ça fait mal...


Mais je suis sûre qu'ils t'aiment mais qu'ils ont besoin de construire leur nouvelle vie avant de t'y inclure... Ils reviendront vers toi, laisse le temps faire son oeuvre... Pars en week-end
avec Maximilien pour la fête des Mères, je suis convaincue qu'il s'en fera une joie !


Gros gros bisous Cathy !


 



Cathy 20/05/2010 13:22



Mais justement, Guislaine... Jamais je ne me suis immiscée dans leur vie. Jamais je ne les ai traités autrement que comme des adultes lorsqu'ils ont pris leur indépendance. Jamais ils ne m'ont
vue les envahir ou les surprotéger !


J'étais là, toujours, ils le savaient et sont venus quand ils en avaient besoin... Et j'ai toujours répondu présente.


Mère "possessive" je ne suis pas. Mère aimante oui, dans une juste mesure.


Le problème c'est que Vianney, homosexuel, a eu avec moi une relation extrêmement fusionnelle que je n'ai pas suscitée. Il faut avoir un enfant homosexuel pour comprendre cela.


Et je crois savoir qu'il arrive un moment où un fils homosexuel prend à un moment donné de sa vie conscience qu'il n'attend plus la même chose de sa mère. Donc, il la rejette !


Et voilà ce qui se passe depuis quelques temps. La seule chose c'est qu'il le fait extrêmement violemment, sans ménagement et je me prends cela dans la figure régulièrement.


Cela fait mal je t'assure, surtout lorsque l'on a fait preuve d'autant de compréhension et de tolérance que ce que j'ai fait jusqu'alors.


Et crois-moi, même s'il aime ce qu'il fait (sa passion pour le théâtre), ce monde est cruel aussi ! Et pour ça également, Maman est toujours là pour entendre les confidences et conseiller.


Mon attirance pour la psychologie m'a beaucoup aidée, mais il y a des moments où on se sent démunie face à ces comportements là.


J'espère que tu réussiras à passer le cap que tu traverses avec ton fils, Guislaine.


Bon courage à toi aussi.


Bisous,


Cathy.



timilo 19/05/2010 17:36



Je ne trouve pas les mots mais  je comprends très bien ton chagrin, 


Je reste sans voix , mais mon épaule est là pour t'y appuyer


Bonne soirée Cathy


Bisous



Cathy 19/05/2010 18:10



Il n'y a pas de mots, Timilo... C'est invraisemblable. J'essaie d'expliquer dans une autre page ce que je crois avoir compris (écoutant les conseils d'Arlette qui m'incite à tout évacuer de
ce que je cache depuis si longtemps). 


Je prends ton épaule et t'en remercie.


Bonne soirée à toi aussi.


Bisous,


Cathy.



Présentation

  • : Balade en vers… Voici l’endroit
  • Balade en vers… Voici l’endroit
  • : Journal intime, où je dépose mes joies comme mes peines. La vie ne m'a pas épargnée, mais ne m'ôte pas pour autant la curiosité qui guide mes écrits. Sont ici présentes, des pages d'histoire, de légendes, de voyages, Des poèmes sur la nature, et tant d'autres issus de mon inspiration journalière... Un endroit sans tabou, mais où se maintiennent le respect et la modération. Bonne lecture à toutes et à tous. Cathy.
  • Contact

Profil

  • Cathy
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. 
Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.
  • L'écriture est ma passion. Je m'y consacre depuis l'âge de 14 ans. Voilà donc 39 ans qu'elle est ma meilleure alliée. Souvent elle m'a aidée, ce blog est ma façon de lui rendre hommage.

Mon second recueil

BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON

Naissance de mon second recueil  

Pour vous procurer mon second recueil (120 pages - illustré - 13 euros),

sorti le 27 Mars 2013 et préfacé par Larbi BENNACER ("Eachman")

rendez-vous sur mon formulaire de contact (haut de la colonne de droite de mon blog).

 

 

 

 

 

 

Bienvenue ici !

6he07ra[1]

   Découvrez ici mon univers, teinté de rimes et de vers...

 

N'hésitez pas à me laisser un message, une trace de votre passage m'est si agréable !

 

 

MES RECUEILS PARUS 

  "Le tourbillon des heures" - 27 Mars 2013  

                                                      BAT-COUV-1-hd-TOURBILLON                       

 

 

   "Dédale de mes pensées" - Mars 2011  
Couverture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives

Visitez mon île...

 

ATT000379

 

 

Une île désertée,

N'offre pas de plaisir,

Venez la visiter,

Venez la découvrir...

 sans-titre 

Plaisir partagé

 

BALADE EN VERS... VOICI L'ENDROIT

 

1zfsihg[1]


"Je me cache derrière mes maux,
Mais certains d'entre-eux me dévoilent,
Sur mes plaisirs je lève un voile,
Pour cela rien de mieux que les mots..."

Cathy.

 


-§-§-§-

DANS CE BLOG, UNIQUEMENT MES ECRITS PERSONNELS, TENTES EN RIMES ET EN VERS...


J'Y PRENDS PLAISIR CHAQUE JOUR ET LE PARTAGE AVEC VOUS.
"PARTAGE DU PLAISIR L'INTENSIFIE ENCORE"


CATHY

Coule le temps...

 

 

arshnrim[1]

 

Coule le temps,

Passent les peines,

Source j'entends,

Elle ne freine,

Rien de mes mots,

Ni de mes vers,

Rimes à flots,

Ici je verse.

 

Cathy.

Respect du droit d'auteur

 

lily small


Copyright (c)
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation, impression ou reproduction partielle ou intégrale des textes et commentaires sans accord de l'auteur sont interdits.

 

Les illustrations proviennent de sites d'images gratuites ou me sont offertes. Je remercie ici tous les créateurs grâce auxquels ce blog peut être illustré (remerciements que je dépose d'ailleurs sur leur site). Certaines parmi les plus récentes proviennent des créations de "Claudine" (Easy4blog) ou de mes lectrices.

 

Si une image venait à appartenir à quelqu'un souhaitant que "la source" figure sur mon blog, je le remercie de me le faire savoir en me citant l'illustration concernée.

 

Bien à vous.

Cathy.

jeuxplus<a href="http://www.je

jeux